Virginie Chrétien

Démarche

J’ai cheminé, depuis le début des années 2000, dans le secteur des arts visuels et gravitant dans l’univers des centres d’artistes autogérés. Originaire de Cap-Chat en Gaspésie, mon travail artistique a, de différentes façons, toujours fait écho à l’espace et au territoire, tant en salle qu’en extérieur. C’est de pair avec le contexte rencontré et les ressources matérielles disponibles, trouvées et réanimées autrement, que j’ai élaboré la plupart de mes projets.

Depuis quelques années, je cherche comme artiste à œuvrer à partir d’un lieu qui me permettrait de déjouer un sentiment d’insatisfaction que je rencontre actuellement dans «le faire de l’art». Le malaise est tel qu’il m’amène à questionner la matérialité de l’art. Je fais référence, ici, au problème que représente pour moi la réalisation d’installations qui ne sont pas dédiées à la vente, ne sont exposées qu’une seule fois et dont les composantes, une fois la diffusion terminée, n’ont plus d’utilité ni de fonction claires. La seconde dimension de cette matérialité, c’est que les œuvres uniques, éphémères et tangibles que je conçois n’ont dans les faits qu’un rayon d’action assez ciblé et restreint; soit quelques visiteurs en salle pour ce qui est des interventions intérieures ou quelques passants avertis dans l’espace public. Si le problème que je rencontre n’était que relié à la forme, alors le recours à l’écriture, au son, à la vidéo, à la performance ainsi qu’à l’art relationnel aurait certainement révélé des pistes de solution durables. Or, l’utilisation de ces avenues, entrainant à première vue la réalisation de formes plus furtives ou effacées sur le plan matériel et physique, n’a jamais satisfait entièrement la contrariété que je rencontrais.1

Je suis actuellement dans une période de grand changement au sein de ma pratique artistique, de ses fonctionnements et de ses manifestations

Je suis actuellement dans une période de grand changement au sein de ma pratique artistique, de ses fonctionnements et de ses manifestations. Je suis prête à consentir à un véritable bouleversement paradigmatique de la conception de l’artiste que je suis.

Mon ancrage solide se situe dans mon engagement comme chargée de cours dans le programme court de 2e cycle en étude de la pratique artistique à l’UQAR et par extension au sein des Ateliers de l’œuvrement, le collectif que nous avons créé. Je n’aurais pas pu demander mieux que de me re-connaître au sein d’un lieu où l’œuvrement agit comme repère et mode de connaissance.

1 Extrait de mon texte d’admission au doctorat que j’entame à l’automne 2020 à l’UQAM en études et pratiques des arts.

Bio

Virginie Chrétien est artiste interdisciplinaire, travailleuse culturelle, chargée de cours, accompagnatrice et formatrice dans le domaine des arts. Elle vit à Rimouski aux cotés de Blanche qui a 5 ans.

%d blogueurs aiment cette page :